(+221) 77 679 79 38 ( Prix: Appel Local)
serviceclient@natureminceur.com
LES BONS GESTES A PRATIQUER AU SAUT DU LIT

LES BONS GESTES A PRATIQUER AU SAUT DU LIT

LES BONS GESTES A PRATIQUER AU SAUT DU LIT

Bien se réveiller est primordial pour bien démarrer la journée. Voici quelques conseils pour sortir du lit de façon agréable et bienveillante envers soi-même.

-Pour se lever, rouler délicatement sur le côté, poser les pieds au sol et se redresser lentement en prenant appui sur une main.

-Une fois debout, se tenir bien droit puis lever les bras au-dessus de la tête et essayer de les étirer vers le plafond sans soulever les épaules. En même temps, hissez la tête vers le ciel en respirant lentement et profondément 5 fois.

-Baisser les bras puis inspirer en montant sur la pointe des pieds et expirer en redescendant les talons. 5 fois.

-Puis poser les mains sur les hanches, fléchir légèrement les genoux et faire des grands cercles avec le bassin, 5 dans un sens, puis 5 dans l’autre.

-Boire un verre d’eau à température ambiante ou encore mieux, le jus d’une demi-citron dans de l’eau tiède.

Après ces petits gestes qui font du bien, on peut filer sous la douche ou prendre le petit-déjeuner avec le sourire !

Les Bruits Étranges du Corps Humains

Les Bruits Étranges du Corps Humains

Les Bruits Étranges du Corps Humains

  • La toux

Contrairement à ce que l’on pense souvent, pas besoin d’être malade pour tousser. La toux est le bruit de l’air expulsé des poumons et des bronches lors d’un mécanisme réflexe pour éjecter les microbes, les sécrétions bronchiques et autres éléments indésirables (comme la poussière). C’est pourquoi il peut vous arriver de tousser légèrement le matin, pour évacuer les dépôts qui se sont déposés dans vos bronches pendant votre sommeil.

Une toux peut provenir de la sphère ORL, d’une allergie, d’un trouble digestif (reflux gastro-intestinal, ulcère gastrique provoquant une toux irritative), d’une infection ou faire partie d’un tableau clinique plus grave comme dans le cas d’un cancer.

  • Le hoquet

Contrairement à ce que vous affirmait votre grand-mère, le hoquet n’est pas le signe que vous êtes en train de grandir. Il provient d’une irritation du nerf phrénique (le nerf qui irradie le diaphragme). Le diaphragme se contracte et ne se relâche pas correctement provoquant de grosses arrivées d’air dans les poumons et les soubresauts caractéristiques. Ajoutez à cela la glotte qui se ferme et vous obtenez le « hic » caractéristique du hoquet.

Le hoquet est quasiment toujours bénin. S’il ne passe pas rapidement, le hoquet peut être révélateur d’une pathologie plus grave (d’origine digestive ou pulmonaire, par exemple). Vous ne le saviez peut-être pas, mais le hoquet est favorisé en période de stress et par une forte consommation d’alcool.

  • Les gargouillements du ventre

Ils se font toujours entendre quand vous ne le voulez pas et tout le monde se retourne pour vous dire : « Tu as faim ? ». Les gargouillements du ventre signalent la présence d’air au niveau des intestins ou de l’estomac. Le muscle des intestins entraîne un mouvement involontaire normal (le péristaltisme) qui permet la digestion. S’il n’y a plus de nourriture (signe de faim) ou que la digestion se fait en présence d’air (aérophagie, par exemple), l’air à ce moment-là provoque les bruits de gargouillis.

  • Les flatulences

Ces bruits-là, tout le monde s’en passerait bien ! Les flatulences prennent naissance au niveau de l’intestin grêle et surtout du côlon. Les gaz malodorants en excès produits par les bactéries intestinales sortent par le rectum puis l’anus, le bruit et l’odeur étant provoqués par l’expulsion de l’air. Ces pets sont normaux, c’est-à-dire, physiologiques s’ils surviennent de temps en temps. Mais s’ils surviennent à répétition ou s’accompagnent de signes de lourdeur ou douleur intestinale, ils peuvent être un signe de mauvaise digestion et de déséquilibre alimentaire (ballonnements). Si les flatulences sont accompagnées de mauvaise haleine, de constipation ou de diarrhée, un problème digestif sous-jacent devra être recherché.

  • L’éternuement

Atchoum ! Le mécanisme réflexe de l’éternuement est difficilement contrôlable. Le bruit (parfois cocasse) est provoqué par l’air qui sort par le nez et la bouche, à une vitesse pouvant atteindre 200 km/h ! Il peut s’agir d’un mécanisme de défense suite à la respiration d’un élément irritant : une poussière, un grain de pollen, un poil d’animal… Dans le cas d’un rhume, l’éternuement provient d’une inflammation de la sphère ORL.

  • Le ronflement

C’est l’exemple typique du bruit involontaire ! Et qui cause de nombreuses disputes dans les couples…  Le bruit si caractéristique du ronflement est provoqué par la vibration de la luette et du voile du palais pendant la respiration. En temps normal, cette vibration n’est pas bruyante. Les causes sont multiples : le relâchement musculaire et l’excès de graisse au niveau du cou à partir d’un certain âge, des cornets (lames osseuses) trop gros dans le nez qui le bouchent, une sinusite, une apnée du sommeil… Le surpoids, la consommation d’alcool, le tabac et la prise de certains médicaments (comme les anxiolytiques par exemple) favorisent l’apparition et augmentent l’intensité du ronflement. Pensez-y !

  • Les articulations qui craquent

Qui ne s’est pas déjà amusé à « faire « craquer ses doigts ? Ce bruit, qui dérange parfois des voisins un peu sensibles est un phénomène naturel et sans gravité la plupart du temps (s’il n’est pas accompagné de douleurs). C’est le bruit de percussion du cartilage des articulations qui sont imprégnées de liquide synovial. Ce liquide contient également des gaz. Lorsque nous mobilisons brusquement une articulation, le mouvement du gaz dans le liquide synovial va provoquer des bulles d’air, occasionnant le bruit de craquement au niveau des articulations. Bruit qui devient de plus en plus fréquent avec l’âge, notamment dans les articulations du genou.

  • Le grincement des dents

Encore un bruit qui survient la nuit et qui peut réveiller votre conjoint ! On parle alors de bruxisme. Le grincement de dents produit un bruit de percussion, le plus souvent involontaire et la personne n’en a pas conscience. Une usure anormale des dents, des contractures de la mâchoire et certains maux de tête au réveil peuvent faire suspecter un bruxisme. Un dérèglement au niveau de certains neurotransmetteurs (la dopamine, par exemple) et le stress peuvent vous amener à grincer des dents, même pendant la journée.

  • Le bâillement

C’est un bruit plus ou moins élégant selon la personne. Une chose est sûre, le bâillement est à éviter devant vos interlocuteurs qui pourraient croire que leur discours vous ennuie…

Ce phénomène courant reste encore partiellement inexpliqué. L’une des théories avancées est qu’il s’agit d’un réflexe d’éveil involontaire provoqué par un manque d’oxygène.

  • La respiration sifflante

Un petit sifflement au cours de la respiration (souvent à l’expiration) est un signe que le trajet de l’air est perturbé par des voies respiratoires rétrécies : au niveau du nez, du pharynx, du larynx, de la trachée ou des bronches. Le sifflement est donc accentué en cas d’effort. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine d’une respiration sifflante : bronchite, asthme, BPCO, infection virale, dilatation des bronches, médicaments spécifiques…

Pour Ne Plus Pleurer Quand Vous Coupez des Oignons

Pour Ne Plus Pleurer Quand Vous Coupez des Oignons

Pour Ne Plus Pleurer Quand Vous Coupez des Oignons

Pourquoi l’oignon nous fait-il pleurer ? Lorsqu’on le coupe, ses cellules libèrent une enzyme que l’on appelle alliinase. Une réaction chimique se produit alors au contact de l’air et l’enzyme se transforme en un gaz très volatil. Cette substance sulfurée se transforme, au contact du liquide lacrymal, en acide sulfurique (à très très faible dose). C’est cet acide, très irritant, qui nous brûle les yeux et c’est pour s’en défendre que notre organisme sécrète plus de larmes.

Comment faire ?

– Vous pouvez faire un sort à votre oignon sous l’eau : ainsi les substances restent dans l’eau et n’arrivent pas jusqu’à vos yeux.

– Vous pouvez aussi essayer de mettre l’oignon au congélateur quelques minutes avant de le découper : le froid freine la réaction enzymatique et laisse un petit sursis à vos larmes !

– Ou, si vous n’avez pas peur du ridicule, vous pouvez utiliser des lunettes de piscine. Mais méfiez-vous, aérez la pièce, car les substances sont volatiles et pourraient bien vous surprendre une fois que vous aurez enlevé vos lunettes !

Enfin, pour le hacher, agissez rapidement et optez pour une lame lisse et bien tranchante : cela évite de déchirer les cellules de l’oignon et diminue la quantité de substance libérée.

La Viande Est Plus Riche Que le Poisson

La Viande Est Plus Riche Que le Poisson

La Viande Est Plus Riche Que le Poisson

C’est faux !

Contrairement aux idées reçues, la viande n’est pas plus riche que le poisson.

En réalité les protéines contenues dans le poisson sont d’aussi bonne qualité que celles de la viande. Pour information, 100 gr de poisson apportent sensiblement la même proportion de protéines que 100 gr de viande, soit, 18 à 20 gr.

De plus, le poisson apporte des acides aminés qui sont d’une grande utilité pour faciliter la synthèse des protéines du corps

Avantage du poisson sur la viande ; l’apport en graisse, en effet, le poisson est souvent moins gras que la viande, ce qui peut être très intéressant pour les personnes qui surveillent leur poids, puisque l’apport calorique sera plus faible qu’en consommant de la viande.

Inconvénients du poisson par rapport à la viande ; l’apport en fer, le poisson est un peu pauvre en fer, surtout par rapport aux viandes rouges. Le coût aussi peut être un frein important lors de l’achat, le poisson est cher sur les étals du marché, surtout pour les poissons de qualité, ce qui décourage un peu et incite a se rabattre sur les surgelés de moins bonne qualité.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’y a pas de différences majeures entre ces deux sources de protéines et qu’il est préférable de consommer autant de poisson que de viande, selon les envies, la disponibilité des produits et des capacités financières de chacun…poisson / viande…même combat !!

Composition pour 100 g de quelques poissons et viandes

PoissonsProtéinesLipidesGlucides 
Cabillaud cuit à la vapeur18 g0 g1 g
Lieu noir cuit20 g1 g0 g
Merlan à la vapeur21 g1 g0 g
Saumon cuit à la vapeur21 g11 g0 g
Thon cuit à la vapeur30 g5 g0 g
ViandesProtéinesLipidesGlucides 
Bifteck de bœuf grillé28 g4 g0 g
Epaule d’agneau rôti22 g11 g0 g
Porc dans le filet cuit29 g5 g0 g
Escalope de veau cuit31 g3 g0 g
Poulet rôti26 g6 g0 g
Le Cantalou

Le Cantalou

Le Cantalou

Pour 2 personnes

 

INGREDIENTS

4 tranches de pain de mie

1 escalope de poulet

2 cuillères à café de moutarde forte

4 tranches de tomates

2 tranches de cantal

4 cuillères à thé de beurre ramolli

 

PREPARATION

Dans une poêle anti adhésive, faire dorer l’escalope de poulet, saler, poivrer.

Tartiner avec la moutarde un face d’une tranche de pain, disposer la moitié de l’escalope découpée en dés, ajouter 2 tranches de tomates et une tranche de cantal.

Refermer avec une tranche de pain.

Beurrer les deux faces extérieures du sandwich et faire dorer dans une poêle  3 minutes de chaque côté en appuyant dessus pour l’aplatir.

Renouveler les mêmes étapes pour le deuxième sandwich.

Servir chaud ou tiède.

Connaitre et Contrôller Mes Besoins En Calories

Connaitre et Contrôller Mes Besoins En Calories

Connaitre et Contrôller Mes Besoins En Calories

La meilleure façon de perdre du poids et de stabiliser ce poids  durablement et naturellement.

Les besoins en calories ne sont pas les mêmes pour tout le monde, ils diffèrent en fonction de plusieurs critères, dont l’âge, le sexe, la corpulence, l’activité physique, etc.…

Il faut donc savoir ou vous vous situez pour savoir de combien de calories votre corps a besoin et trouver ainsi votre « poids santé ».

Quand on parle de besoins en calories, il faut préciser qu’il s’agit de kilocalories, car sur les étiquetages des aliments, c’est le terme employé. A cet effet, sachez que 1 kilocalorie (kcal) = 1000 calories (cal).

Pour un homme de taille moyenne, de poids moyen et d’âge moyen qui a :

  • Une activité physique faible (moins de 30 minutes d’activité par jour) les besoins journaliers sont de 2100 kcals.
  • Une activité physique moyenne (30 minutes d’activité par jour) les besoins journaliers sont de 2500 à 2700 kcals.
  • Une activité forte (plus d’une heure par jour) les besoins journaliers sont de 3000 à 3500 kcals.

Pour une femme d’âge moyen, de taille moyenne et de poids moyen qui a :

  • Une activité physique faible (moins de 30 minutes d’activité par jour) les besoins journaliers sont de 1800 kcals.
  • Une activité physique moyenne (30 minutes d’activité par jour) les besoins journaliers sont de 2000 kcals.
  • Une activité forte (plus d’une heure par jour) les besoins journaliers sont de 2400 à 2800 kcals.

NB : les femmes enceintes ont des besoins journaliers de 1800 à 2500 kcals.

Quelques exemples de valeurs nutritionnelles pour 100gr d’aliment :

  • La banane : 90 kcals, elle contient 1,5gr de protéines, 20gr de glucide et 0 lipides.
  • Le pain : 285 kcals, il contient 8,5gr de protéines, 59gr de glucides et 2gr de lipides.
  • Le pain au chocolat : 392 kcals, il contient 7gr de protéines, 45gr de glucides et 0,3gr de lipides.
  • La pomme : 54 kcals, elle contient 0,3gr de protéines, 12gr de glucides et 0,3gr de lipides.
Image Insolite de la Semaine

Image Insolite de la Semaine

Image Insolite de la Semaine

L'Oignon et Ses Bienfaits

L’Oignon et Ses Bienfaits

L’Oignon et Ses Bienfaits

Anti-cancer, bon pour la circulation sanguine, anti-diabète… Très apprécié de nos grands-mères, l’oignon est l’allié incontournable de votre santé. Voici comment profiter de ses vertus, sans pour autant avoir mauvaise haleine !

  • Des vertus contre les cancers digestifs

D’après plusieurs études, l’oignon aurait un effet protecteur contre les cancers de l’estomac et du tube digestif. On le soupçonne également d’avoir les mêmes effets sur d’autres cancers comme ceux du larynx, de l’œsophage ou de la prostate (même si les résultats sont plus incertains).

C’est grâce aux antioxydants qu’il contient (anthocyanines et quercétine) que l’on attribue l’effet anti cancer à l’oignon.

  • Bon pour la circulation sanguine

Bien que moins puissant que l’ail, l’oignon contient des antiagrégants plaquettaires naturels, ce qui signifie qu’il aide le sang à mieux circuler.

  • L’oignon contre le cholestérol

L’oignon a des vertus anti-cholestérol .Cette qualité vient des antioxydants et des omégas 3 qu’il contient, dont l’effet anti-cholestérol n’est plus à prouver.

  • Un bon aliment pour les diabétiques

On conseille parfois de ne pas trop en consommer, car il a un taux important de glucides. Mais l’oignon pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang, effet particulièrement intéressant lorsque l’insuline ne fait pas son travail en particulier chez les personnes en surpoids.

  • L’oignon un allié minceur

L’oignon est un aliment à intégrer à votre alimentation si vous surveillez votre ligne. En premier lieu, il est chargé de fibres : qu’il soit cru ou cuit, les fibres de l’oignon gonflent dans votre système digestif et réduisent le sentiment de faim.

Il aurait aussi des effets diurétiques permettant une meilleure élimination. Enfin, il pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang. Les triglycérides sont des graisses stockées dans les tissus adipeux : en excès, ils viennent donc s’accumuler dans les fesses, le ventre…

Blanc, rouge, jaune, cru, ou cuit… Faites-vous plaisir ! A condition de ne pas abuser de la matière grasse.

  • Un antibactérien et anti-inflammatoire ?

De nombreuses recettes de grand-mère préconisent l’oignon comme arme hygiénique… Il aurait des effets antibactériens et anti-inflammatoires, protecteurs et curatifs. Une rondelle d’oignon est souvent préconisée sur les furoncles pour en faire sortir l’infection. La sagesse populaire le conseille aussi en traitement des otites, des maux de gorge, ou encore pour soulager les piqures d’insectes.

  • Attention

L’oignon peut parfois poser des problèmes de digestion. Parmi les effets indésirables identifiés : les ballonnements, les douleurs abdominales, les troubles du transit et les flatulences.
La tolérance de l’oignon reste un facteur individuel. Il vous faut donc voir quel est votre seuil de tolérance. Ne vous privez pas pour autant ! Veillez simplement à votre consommation si vous savez que l’oignon vous sera difficile à digérer.

L’ail, un Régulateur d’Appétit…

L’ail, un Régulateur d’Appétit…

L’ail, un régulateur d’appétit…

L’ail  est une solution de santé simple et puissante pour la perte de poids et un certain nombre de maladies.

Il contient des antioxydants, qui peuvent aider à maigrir et apporter également d’autres bénéfices pour la santé comme une réduction du risque de cancer, une régulation de la tension artérielle et du rythme cardiaque .Il fluidifie le sang et possède une action hypolipémiante qui abaisse à la fois le taux de cholestérol et de triglycérides sanguins, etc…

Donc, il est bon d’en consommer pour compléter un régime alimentaire équilibré pour la perte de poids.

 Les bienfaits de l’ail :

Une étude chinoise nous démontre que l’ail améliore les lipides sanguins et  diminue le taux de cholestérol total de 5,4 %, des triglycérides de 6,5 % et environ 10% pour baisser la tension artérielle. Une gousse d’ail renferme également un taux record de vitamine C (31,2 mg/100g), ainsi que pléthore de vitamine B6 (1,2 mg/100 g), qui aide le corps à lutter contre les produits toxiques et améliore la réponse au stress.

Concernant l’amincissement, il faut l’inclure dans ses habitudes alimentaires normalement (tout en évitant l’abus qui peut être dangereux pour l’estomac). Il pourrait en outre, jouer un rôle dans la prévention du surpoids et de l’obésité.

Il peut également vous aider à :

-diminuer l’excès de graisse

-stimuler et améliorer le fonctionnement du métabolisme

-éliminer l’excès de liquides.

 

Son utilisation :

L’ail peut être consommé cru ou cuit. Il peut également être séché ou en poudre et utilisé dans les comprimés et les capsules. Quant à l’ail cru il peut être utilisé pour fabriquer des huiles et des extraits liquides.

En outre vous pouvez :

-Le rajouter  sur  vos salades, soupes, sauces, assaisonnements et marinades pour engranger ses bienfaits pour la santé.

-Utiliser de l’ail haché pour ajouter de la saveur aux plats de viande.

Ces bienfaits sont aussi valables pour tous les membres de la famille des liliacées (ail, oignon, échalote, ciboulette, poireau).

Posologie et effets secondaires :

L’idéal est de consommer une à deux gousses d’ail par jour chez les adultes (maximum 6 gousses d’ail par semaine).

Pour les effets secondaires, nous pouvons retenir que l’ail peut :

– modifier le goût du lait maternel. Les femmes allaitantes  devraient donc surveiller leur consommation d’ail durant cette période.

– modifier le glucose sanguin, donc les personnes diabétiques  ne doivent pas l’utiliser à l’excès.

-causer des désordres gastro-intestinaux, suite à une consommation excessive d’ail cru.

 Donc, il est bon d’en consommer pour compléter un régime alimentaire équilibré pour la perte de poids. Enfin, peu importe la raison qui nous attache à cette plante odorante si attirante, si nous en aimons la saveur dans nos plats, il n’y a pas de raison de s’en priver!

Le Piment Fort Est Bon Pour La Santé

Le Piment Fort Est Bon Pour La Santé

Le Piment Fort Est Bon Pour La Santé

C’est VRAI !!

Le piment est une épice que nos ancêtres utilisaient déjà il y a 7000 ans !

Le piment est souvent mal aimé, voire redouté de certains, à cause de sa capacité à mettre la bouche en feu ! Pourtant, ce n’est pas sa seule vertu et il existe de nombreuses qualités insoupçonnées, notamment d’être une source phénoménale de vitamines.

La vitamine K : elle permet de lutter contre les hémorragies et soulage des problèmes hépatiques.

La vitamine E : elle combat les maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer et limite les phénomènes d’oxydation.

La vitamine A : c’est un stimulant du métabolisme grâce au B-carotène.

La vitamine C : elle aide à l’absorption du fer, elle facilite la cicatrisation et c’est un excellent antioxydant, elle contribue donc au ralentissement des effets du vieillissement.

Les minéraux : ils ne sont pas en reste ! le piment est riche en cuivre, en fer, en potassium, en magnésium, en manganèse et en fer.

Ce qui confère le goût piquant du piment, c’est la capsaïne et plus un piment est fort, plus il en contient.

Le capsaïne stimule le métabolisme basal, ce qui est intéressant pour les personnes qui prennent soin de leur silhouette ou les personnes qui cherchent à perdre du poids, car la capsaïne favorise la sensation de satiété et donc, permet de moins manger.

La capsaïne est aussi reconnue pour ses vertus antiseptiques, diurétiques, antibactériennes, digestives, anticonvulsives et sudorifiques.

Les vertus cachées du piment

  • Consommé tel quel ou dans les plats, il prévient et soigne le rhume et la grippe.
  • En cataplasme, sur les articulations, il soulage de l’arthrite.
  • Il freine les besoins en insuline, il est utile dans la lutte contre le diabète.
  • En réduisant le cholestérol et l’agrégation plaquettaire, il lutte contre l’arthérosclérose.
  • Il stimule la libération d’endorphines responsables de la sensation de bien être.

Les contre-indications

Bien qu’il soit bon pour la santé, dans certains cas, il est tout de même déconseillé d’en consommer :

  • En cas de syndrome de l’intestin irritable
  • En cas de reflux gastro-oesophagien
  • En cas d’ulcère ou d’hémorroïdes
  • Chez les enfants de moins de 2 ans.

Post navigation