Le Sucre, Une Drogue ?

LE SUCRE, UNE DROGUE ?

D’après une étude menée par des chercheurs, l’addiction au sucre suivrait le même schéma que les addictions aux drogues.
Plaisir ou addiction ?
Le sucre est aujourd’hui l’un des aliments les plus consommés : 35 kg par an et par habitant, contre 5 kg en 1850 !
Nicotine, cocaïne, héroïne, cannabis… et si le sucre n’avait rien à envier à toutes ces drogues ?
• On trouve du sucre ajouté partout : dans le pain, la sauce tomate, le jambon…
Le sucre est devenu de plus en plus consommé : de 5 kg par an et par habitant en 1850, nous sommes passés aujourd’hui à une consommation de 35 kg de sucre par an et par habitant.
Mais peut-on réellement considérer le sucre comme une drogue ?
Selon l’OMS, dans un rapport en 2004, il n’existe « aucune dépendance ou addiction de nature alimentaire. » Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l’institut Pasteur de Lille, indique notamment que l’on peut simplement parler d’« attirance pour le sucré. »
Pourtant, force est de constater que les produits sucrés nous rendent parfois accro.
Les aliments sucrés, tout comme les aliments gras, sont ceux que nous trouvons les plus attirants car ce sont les plus énergétiques, donc les plus utiles à la survie.
À notre époque, même sans choisir des aliments sucrés, on trouve du sucre ajouté partout : dans le pain, la sauce tomate, le jambon, et cela contribue à nous en faire consommer de manière excessive et à développer notre appétence pour la saveur sucrée.
Celui-ci a d’ailleurs démontré que les rats devenaient accro au sucre encore plus qu’à la cocaïne, lorsqu’ils avaient le choix entre les deux substances.
• Envie de sucré : boire de l’eau et devancer ses envies
– Le coup de la tisane
11h, 16h, les moments où l’on sent son estomac râler finissent par ressembler à des rituels.
Plutôt que de sacrifier une barre chocolatée sur l’autel de notre gourmandise, on détourne ses pensées pour faire chauffer la bouilloire.
Boire un thé, une tisane, ou même de grands verres d’eau permettent en un temps de calmer les petites faims même quand on n’a pas soif.
On évite de prendre un café par contre ! La caféine peut augmenter l’envie de sucré à force d’en consommer.
La théine est plus recommandée parce qu’elle passe dans le sang plus lentement.
– Repérer les moments fatidiques
On a compris, nos fringales surgissent souvent à la même heure.
On devance ses envies de grignotage en s’offrant une collation qui va apaiser notre faim avant qu’il ne soit trop tard.
La chute de notre glycémie qui survient quand on est « affamé » nous pousse en effet à nous jeter sur les en-cas les plus caloriques.
Autre idée, on peut aussi se faire plaisir avec un bon dessert à la fin du déjeuner, qui remplacera la collation de l’après-midi.
• TEMOIGNAGE
« Manger plus sainement m’aide à lutter contre mes pulsions sucrées »
Je me considère comme droguée au sucre. Je ne peux pas m’empêcher d’en consommer et quand je commence, je n’arrive pas à arrêter. Pourtant, quand je réussis à me limiter, je me sens mieux. Sur le moment, j’ai l’impression que le sucre m’apaise mais, en réalité, je suis beaucoup plus à cran, irritable et déprimée. Cesser de fumer a été plus facile que d’arrêter les sucreries ! J’ai fini par consulter un micro nutritionniste. Un complément alimentaire m’a aidée pendant quelques mois, mais il a suffi d’un petit morceau de bûche à Noël pour me faire basculer. J’ai aussi remarqué qu’en mangeant plus sainement (plus de légumes et de légumineuses), j’avais moins envie de sucré. C’est une piste que je dois explorer pour arriver à me libérer de cette addiction.
SURVEILLER NOTRE ALIMENTATION C’EST PENSER A NOTRE BIEN ETRE !