(+221) 77 679 79 38 ( Prix: Appel Local)
serviceclient@natureminceur.com
Les bienfaits de la pomme

Les Bienfaits de la Pomme

Les bienfaits de la pomme

En plus d’être la collation idéale, la pomme renferme des nutriments essentiels au bon fonctionnement de votre corps. Découvrez les super vertus de ce fruit juteux et sucré!

La pomme est non seulement diurétique, laxative mais aide également à l’élimination des sucres dans le sang et du cholestérol. Véritable booster musculaire, la pomme agit efficacement sur nos fibres nerveuses et lutte aussi contre l’hypertension artérielle.

Comme le raisin, la pomme est l’un des fruits qui apportent les plus de bienfaits à l’organisme.

Tout ceci s’explique grâce à la présence de vitamine C (5g/100g), des fibres et bien sûr des pectines. Les fibres étant nombreuses (2.5g/100g), elles agissent directement sur le transit intestinal. Ainsi, comme la carotte, la pomme combat les diarrhées infantiles.

Riche en vitamines A, B (0.2g/100g), E (0.6g/100g), P et en oligo-éléments, ce fruit calmera la faim sans vous faire prendre un gramme et ralentira le vieillissement des tissus de l’organisme. Avec ses 85% d’eau, elle est aussi très rafraîchissante.

Ses autres propriétés permettent de vous défendre contre les maladies cancérigènes, cardiovasculaires, prévenir la formation de caillots sanguins et contre l’asthme.

Le glutathion pourrait exercer une action anticancéreuse et accroître les défenses de l’organisme contre les infections.
Certes, la pomme ne peut remplacer la brosse à dents, mais elle favorise l’hygiène dentaire; y mordre et la mastiquer stimule les gencives. De plus, elle accroît la production de salive, ce qui a pour effet de réduire la population microbienne de la bouche et, donc, de diminuer le risque de carie.
Afin de conserver tous les bienfaits de ce fruit, n’épluchez pas la pomme : sa peau gorgée d’effets antioxydants, contient à elle seul 4 à 5 fois plus de vitamine C que la pulpe.

3 conseils pour rester zen en toutes circonstances

3 conseils pour rester zen en toutes circonstances

Un mot de trop, une critique et vous voilà piquée au vif. Hypersensible, ne seriez-vous pas aussi susceptible ? Apprenez à réagir de façon calme et constructive plutôt que de vous vexer.

  • Contrôlez vos émotions

Ne vous laissez pas submerger, là est le premier challenge. Pour réussir à écouter ce que l’autre a à dire, il est important de maîtriser ses émotions. La respiration peut vous y aider.

C’est une bonne technique qui a fait ses preuves dans la gestion du stress. Il suffit d’inspirer lentement, mais profondément, en gonflant le ventre, puis d’expirer en le rentrant. Elle permet de retrouver rapidement son calme. Le calme retrouvé, vous pouvez alors vous concentrer sur ce qui est exprimé (la critique, comme le reste…).

  • Prenez du recul

Second challenge : ne réagissez pas au quart de tour. Si vous ne parvenez pas à argumenter, le mieux est de prendre de la distance, le temps d’accueillir la critique : « J’ai bien écouté tes propos. Je vais y réfléchir et on en parlera plus tard. » Une mise à distance utile pour ne pas dire n’importe quoi sous le coup de la colère (le recul vient avec le temps). Cela permet de voir la conversation sous un autre angle, et d’ »entendre la critique ». En cas de blocage, n’hésitez pas à demander l’aide d’un proche non concerné qui sera plus impartial que vous.

  • Apprenez à vous aimer

On est souvent susceptible parce qu’on manque d’estime pour soi. La moindre réflexion est perçue comme un manque d’amour de la part d’autrui. Il faut alors pouvoir apprendre ou réapprendre à s’estimer. Pourquoi ne pas commencer par dresser une liste de vos qualités ? On s’aperçoit vite qu’il y en a… Ceci établi, vous accepterez plus facilement les réflexions, même désagréables, d’autrui.

LES ALIMENTS A EVITER EN CAS DE BALLONNEMENTS

LES ALIMENTS A EVITER EN CAS DE BALLONNEMENTS

LES ALIMENTS A EVITER EN CAS DE BALLONNEMENTS

Si vous souffrez de ballonnements à l’issue du repas, il convient de bannir ou de modérer la consommation de certains aliments.

1/ les graisses cuites et les fritures compliquent la digestion et occasionne une gêne abdominale en retardant l’évacuation du contenu gastrique.

2/ les laitages, s’ils sont trop consommés, occasionnent des désagréments car l’enzyme chargée de dégrader le lactose décline avec l’âge. Le lactose non-dégradé provoque des ballonnements.

3/ les crucifères (de la famille du chou) favorisent la formation de gaz par fermentation, tout comme les concombres et autre crudité, les pommes de terre et les aubergines.

4/ les œufs en omelette ou au plat, ne sont pas conseillés, les graisses qu’ils utilisent empêchent l’évacuation du bol gastrique.

5/ les poissons gras (thon, saumon, maquereau…) sont à proscrire car ils favorisent la fermentation.

6/ les viandes rouges, grasses et la charcuterie provoquent de la fermentation et des douleurs abdominales.

7/ les fruits comme les cerises, la figue et le melon contiennent des fibres crues, favorisant la fermentation.

8/ les boissons gazeuses comme les sodas et les eaux pétillantes sont à proscrire, de même que le café au lait.

Dormir nu ?

Dormir nu ?

Dormir nu ?

Les étonnants effets et bienfaits de laisser tomber le pyjama

L’idée de dormir dans son plus simple appareil peut en rebuter certains. Pourtant, cette méthode entraînerait de nombreuses conséquences positives que ce soit sur la santé, sur la vie de couple mais aussi sur la ligne. Et oui !

1 – Un sommeil de meilleure qualité

Au cours de la nuit, la température du corps change. Elle baisse jusqu’à atteindre 36°C sans pour que pour autant vous ressentiez une sensation de froid (c’est même parfois l’inverse pour certains cycles). En se couvrant trop à coup de pyjama molletonné et de couette double épaisseur, on pousse notre système à redoubler d’efforts pour réguler sa température et le risque de mal dormir et de ne pas bénéficier correctement de la phase de sommeil profond (le plus efficace) augmente. Etre simplement nu sous une couette pas trop chaude facilite donc cette régulation, en plus de faciliter la circulation du sang car cela n’enserre aucune partie du corps, et favorise donc un sommeil de meilleure qualité.

2 – C’est bon pour la ligne

Non, on ne fait pas là référence aux nombreuses crèmes promettant de vous faire mincir et de vaincre votre cellulite sans que vous fassiez le moindre effort et pendant que vous rêvez de vos prochaines vacances à la plage ou de l’homme de votre vie, mais bien à l’effet que peut avoir la nudité pendant la nuit. Toujours parce que notre température baisse naturellement, nous avons tendance à brûler plus de calories, notamment s’il fait plus de 16°C dans la chambre dans laquelle nous dormons. Cette température idéale combinée à un système et une circulation sanguine non entravés par des vêtements, votre corps sera dans les meilleures conditions pour éliminer les excès. Et un bon repos réparateur vous poussera également moins à grignoter dans la journée.

 

3 – Une arme contre le diabète ?

Autre conséquence liée à cette baisse de température du corps dans une pièce à température idéale, le tout sans rien porter : cela diminuerait à long terme, les risques de diabète. Toutefois, concernant ce bienfait, les véritables études et résultats manquent et découlent plus d’une logique autour des calories brûlées et du sucre transformé en énergie dans le processus.

 

4 – Un rempart contre les infections

Vous qui pensez que dormir nu n’est pas très hygiénique, vous avez tout faux car c’est ne pas laisser respirer sa peau et notamment notre intimité qui ne l’est pas. Rester en sous-vêtements la soumet en effet à une certaine chaleur qui favorise alors la prolifération et la survie de bactéries pouvant entraîner une infection. Il est donc recommandé d’aérer son entre-jambe pour l’empêcher. Et comme ça n’est pas vraiment possible le jour…

 

5 – Une alliée pour votre couple

Cette bonne raison a-t-elle vraiment besoin d’une explication ?? Bon, allez, juste histoire de dire que cela dépasse les goûts personnels de chacun, un récent sondage américain a de nouveau prouvé que les couples dormant nus étaient globalement plus heureux que ceux optant pour une tenue de nuit, aussi sexy soit-elle. Les partenaires deviennent plus sensibles au contact de l’autre et la nudité invite davantage à l’intimité. Ajoutez à cela des draps soyeux et vous aurez tout gagné !

QUELQUES ALIMENTS POUR VOUS AIDER A ELIMINER LA NICOTINE DE VOTRE CORPS

QUELQUES ALIMENTS POUR VOUS AIDER A ELIMINER LA NICOTINE DE VOTRE CORPS

QUELQUES ALIMENTS POUR VOUS AIDER A ELIMINER LA NICOTINE DE VOTRE CORPS

Fumer est dangereux pour la santé. Nous en sommes tous conscients, mais pour certains, il est très difficile de se défaire de cette vilaine habitude. La nicotine provoque une augmentation rapide de la pression artérielle et de graves dommages aux poumons. De plus, même si vous arrêtez de fumer, les effets de la nicotine vont durer pendant des années.

Des aliments sains et des changements de mode de vie peuvent vous aider à éliminer la nicotine de votre corps. Nous avons énuméré quelques-uns des meilleurs aliments qui vous aideront à éliminer la nicotine de votre corps:

  • Le brocoli

Il est riche en vitamines C et B5. Fumer réduit le taux de vitamine C dans le corps. Mangez plus de brocoli pour éliminer la nicotine de votre organisme.

  • Les oranges

Le jus d’orange est riche en vitamine C. La consommation régulière d’oranges va stimuler votre métabolisme et soulager le stress.

  • Le jus de carotte

Si vous fumez, alors vous devez savoir que chaque fois que vous allumez une cigarette, la nicotine reste dans votre corps pendant trois jours. La nicotine endommage également votre peau. Le jus de carotte est bon pour la peau, et il est riche en vitamines A, C, K et B qui se sont révélées être efficaces pour éliminer la nicotine de l’organisme.

  • L’épinard

L’épinard est l’un des légumes les plus sains, car il est non seulement riche en vitamines, mais il contient également de grandes quantités d’acide folique.

  • Le kiwi

Ce fruit miracle vous aidera à éliminer la nicotine de votre corps. Le kiwi est une excellente source de vitamines A, C et E. Lorsque vous fumez, vous réduisez les niveaux de ces vitamines.

  • L’eau

Fumer déshydrate votre corps. Selon de nombreux chercheurs, en buvant beaucoup d’eau, vous pouvez arrêter de fumer et éliminer la nicotine de votre corps.

Les Bruits Étranges du Corps Humains

Les Bruits Étranges du Corps Humains

Les Bruits Étranges du Corps Humains

  • La toux

Contrairement à ce que l’on pense souvent, pas besoin d’être malade pour tousser. La toux est le bruit de l’air expulsé des poumons et des bronches lors d’un mécanisme réflexe pour éjecter les microbes, les sécrétions bronchiques et autres éléments indésirables (comme la poussière). C’est pourquoi il peut vous arriver de tousser légèrement le matin, pour évacuer les dépôts qui se sont déposés dans vos bronches pendant votre sommeil.

Une toux peut provenir de la sphère ORL, d’une allergie, d’un trouble digestif (reflux gastro-intestinal, ulcère gastrique provoquant une toux irritative), d’une infection ou faire partie d’un tableau clinique plus grave comme dans le cas d’un cancer.

  • Le hoquet

Contrairement à ce que vous affirmait votre grand-mère, le hoquet n’est pas le signe que vous êtes en train de grandir. Il provient d’une irritation du nerf phrénique (le nerf qui irradie le diaphragme). Le diaphragme se contracte et ne se relâche pas correctement provoquant de grosses arrivées d’air dans les poumons et les soubresauts caractéristiques. Ajoutez à cela la glotte qui se ferme et vous obtenez le « hic » caractéristique du hoquet.

Le hoquet est quasiment toujours bénin. S’il ne passe pas rapidement, le hoquet peut être révélateur d’une pathologie plus grave (d’origine digestive ou pulmonaire, par exemple). Vous ne le saviez peut-être pas, mais le hoquet est favorisé en période de stress et par une forte consommation d’alcool.

  • Les gargouillements du ventre

Ils se font toujours entendre quand vous ne le voulez pas et tout le monde se retourne pour vous dire : « Tu as faim ? ». Les gargouillements du ventre signalent la présence d’air au niveau des intestins ou de l’estomac. Le muscle des intestins entraîne un mouvement involontaire normal (le péristaltisme) qui permet la digestion. S’il n’y a plus de nourriture (signe de faim) ou que la digestion se fait en présence d’air (aérophagie, par exemple), l’air à ce moment-là provoque les bruits de gargouillis.

  • Les flatulences

Ces bruits-là, tout le monde s’en passerait bien ! Les flatulences prennent naissance au niveau de l’intestin grêle et surtout du côlon. Les gaz malodorants en excès produits par les bactéries intestinales sortent par le rectum puis l’anus, le bruit et l’odeur étant provoqués par l’expulsion de l’air. Ces pets sont normaux, c’est-à-dire, physiologiques s’ils surviennent de temps en temps. Mais s’ils surviennent à répétition ou s’accompagnent de signes de lourdeur ou douleur intestinale, ils peuvent être un signe de mauvaise digestion et de déséquilibre alimentaire (ballonnements). Si les flatulences sont accompagnées de mauvaise haleine, de constipation ou de diarrhée, un problème digestif sous-jacent devra être recherché.

  • L’éternuement

Atchoum ! Le mécanisme réflexe de l’éternuement est difficilement contrôlable. Le bruit (parfois cocasse) est provoqué par l’air qui sort par le nez et la bouche, à une vitesse pouvant atteindre 200 km/h ! Il peut s’agir d’un mécanisme de défense suite à la respiration d’un élément irritant : une poussière, un grain de pollen, un poil d’animal… Dans le cas d’un rhume, l’éternuement provient d’une inflammation de la sphère ORL.

  • Le ronflement

C’est l’exemple typique du bruit involontaire ! Et qui cause de nombreuses disputes dans les couples…  Le bruit si caractéristique du ronflement est provoqué par la vibration de la luette et du voile du palais pendant la respiration. En temps normal, cette vibration n’est pas bruyante. Les causes sont multiples : le relâchement musculaire et l’excès de graisse au niveau du cou à partir d’un certain âge, des cornets (lames osseuses) trop gros dans le nez qui le bouchent, une sinusite, une apnée du sommeil… Le surpoids, la consommation d’alcool, le tabac et la prise de certains médicaments (comme les anxiolytiques par exemple) favorisent l’apparition et augmentent l’intensité du ronflement. Pensez-y !

  • Les articulations qui craquent

Qui ne s’est pas déjà amusé à « faire « craquer ses doigts ? Ce bruit, qui dérange parfois des voisins un peu sensibles est un phénomène naturel et sans gravité la plupart du temps (s’il n’est pas accompagné de douleurs). C’est le bruit de percussion du cartilage des articulations qui sont imprégnées de liquide synovial. Ce liquide contient également des gaz. Lorsque nous mobilisons brusquement une articulation, le mouvement du gaz dans le liquide synovial va provoquer des bulles d’air, occasionnant le bruit de craquement au niveau des articulations. Bruit qui devient de plus en plus fréquent avec l’âge, notamment dans les articulations du genou.

  • Le grincement des dents

Encore un bruit qui survient la nuit et qui peut réveiller votre conjoint ! On parle alors de bruxisme. Le grincement de dents produit un bruit de percussion, le plus souvent involontaire et la personne n’en a pas conscience. Une usure anormale des dents, des contractures de la mâchoire et certains maux de tête au réveil peuvent faire suspecter un bruxisme. Un dérèglement au niveau de certains neurotransmetteurs (la dopamine, par exemple) et le stress peuvent vous amener à grincer des dents, même pendant la journée.

  • Le bâillement

C’est un bruit plus ou moins élégant selon la personne. Une chose est sûre, le bâillement est à éviter devant vos interlocuteurs qui pourraient croire que leur discours vous ennuie…

Ce phénomène courant reste encore partiellement inexpliqué. L’une des théories avancées est qu’il s’agit d’un réflexe d’éveil involontaire provoqué par un manque d’oxygène.

  • La respiration sifflante

Un petit sifflement au cours de la respiration (souvent à l’expiration) est un signe que le trajet de l’air est perturbé par des voies respiratoires rétrécies : au niveau du nez, du pharynx, du larynx, de la trachée ou des bronches. Le sifflement est donc accentué en cas d’effort. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine d’une respiration sifflante : bronchite, asthme, BPCO, infection virale, dilatation des bronches, médicaments spécifiques…

L'Oignon et Ses Bienfaits

L’Oignon et Ses Bienfaits

L’Oignon et Ses Bienfaits

Anti-cancer, bon pour la circulation sanguine, anti-diabète… Très apprécié de nos grands-mères, l’oignon est l’allié incontournable de votre santé. Voici comment profiter de ses vertus, sans pour autant avoir mauvaise haleine !

  • Des vertus contre les cancers digestifs

D’après plusieurs études, l’oignon aurait un effet protecteur contre les cancers de l’estomac et du tube digestif. On le soupçonne également d’avoir les mêmes effets sur d’autres cancers comme ceux du larynx, de l’œsophage ou de la prostate (même si les résultats sont plus incertains).

C’est grâce aux antioxydants qu’il contient (anthocyanines et quercétine) que l’on attribue l’effet anti cancer à l’oignon.

  • Bon pour la circulation sanguine

Bien que moins puissant que l’ail, l’oignon contient des antiagrégants plaquettaires naturels, ce qui signifie qu’il aide le sang à mieux circuler.

  • L’oignon contre le cholestérol

L’oignon a des vertus anti-cholestérol .Cette qualité vient des antioxydants et des omégas 3 qu’il contient, dont l’effet anti-cholestérol n’est plus à prouver.

  • Un bon aliment pour les diabétiques

On conseille parfois de ne pas trop en consommer, car il a un taux important de glucides. Mais l’oignon pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang, effet particulièrement intéressant lorsque l’insuline ne fait pas son travail en particulier chez les personnes en surpoids.

  • L’oignon un allié minceur

L’oignon est un aliment à intégrer à votre alimentation si vous surveillez votre ligne. En premier lieu, il est chargé de fibres : qu’il soit cru ou cuit, les fibres de l’oignon gonflent dans votre système digestif et réduisent le sentiment de faim.

Il aurait aussi des effets diurétiques permettant une meilleure élimination. Enfin, il pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang. Les triglycérides sont des graisses stockées dans les tissus adipeux : en excès, ils viennent donc s’accumuler dans les fesses, le ventre…

Blanc, rouge, jaune, cru, ou cuit… Faites-vous plaisir ! A condition de ne pas abuser de la matière grasse.

  • Un antibactérien et anti-inflammatoire ?

De nombreuses recettes de grand-mère préconisent l’oignon comme arme hygiénique… Il aurait des effets antibactériens et anti-inflammatoires, protecteurs et curatifs. Une rondelle d’oignon est souvent préconisée sur les furoncles pour en faire sortir l’infection. La sagesse populaire le conseille aussi en traitement des otites, des maux de gorge, ou encore pour soulager les piqures d’insectes.

  • Attention

L’oignon peut parfois poser des problèmes de digestion. Parmi les effets indésirables identifiés : les ballonnements, les douleurs abdominales, les troubles du transit et les flatulences.
La tolérance de l’oignon reste un facteur individuel. Il vous faut donc voir quel est votre seuil de tolérance. Ne vous privez pas pour autant ! Veillez simplement à votre consommation si vous savez que l’oignon vous sera difficile à digérer.

Bien Dormir grâce à la Banane et à la Canelle

Bien Dormir grâce à la Banane et à la Canelle

Bien Dormir grâce à la Banane et à la Canelle

Les insomnies ou le manque de sommeil  nuisent notre santé. Une étude réalisée en 2015 dévoile que 15 à 20% des Français en souffrent.

Certes, la vie professionnelle, les problèmes de couple ou de famille et le stress sont souvent à l’origine de ces troubles.  Mais avec le développement croissant des ordinateurs, Smartphones et autres, les gens passent de plus en plus de temps devant des écrans avant de se coucher et cela influe sur le sommeil. En effet la lumière bleue des écrans trompe le cerveau et celui-ci réagit comme s’il faisait jour. Ce qui en résulte, c’est que le cerveau bloque l’émission de mélatonine qui est l’hormone du sommeil, d’où les difficultés à s’endormir.

 

Il existe de nombreux médicaments en pharmacie pour faciliter le sommeil, mais ces derniers ne sont pas dénués d’effets secondaires.

Cependant, des solutions simples et naturelles peuvent régler ces troubles du sommeil sans que cela soit préjudiciable à l’organisme.

Le premier conseil sera de réduire les heures passées devant un écran, en particulier en fin de journée ou avant de se coucher. Ensuite, il vous faudra seulement 4 éléments pour vous assurer une belle nuit de sommeil :

  • Une casserole
  • De l’eau
  • Une banane
  • De la cannelle

Mettez l’équivalent d’un grand verre d’eau à bouillir, pelez la banane, coupez les 2 extrémités et plongez-la dans l’eau bouillante pendant 10 minutes. Ensuite, filtrez l’eau avec une passoire, versez-la dans une tasse et ajoutez-y une pincée de cannelle.

Buvez cette « tisane » un bon quart d’heure après le repas du soir ou 1 heure avant l’heure du coucher.

La banane est très riche en  potassium, fibres et vitamine C, mais surtout, elle est très riche en magnésium qui facilite énormément l’endormissement.

La cannelle, en plus de son délicieux parfum, est un extraordinaire stomachique et de ce fait, elle stimule l’activité intestinale et facilite donc la digestion pour avoir un bon sommeil.

Consommer de l'huile d'olive

Consommer de l’huile d’olive

Consommer de l’huile d’olive

Outre le fait qu’elle donne un bon goût aux plats, l’huile d’olive est une mine de bienfaits pour l’organisme. Les méditerranéens le savent bien et cette huile est omniprésente dans leur fameux plats.

Grâce à sa forte teneur en polyphénols, elle protège des maladies cardiovasculaires. Riche en antioxydants, elle lutte contre le mauvais cholestérol. Une étude a même démontré qu’une consommation d’huile d’olive réduit de plus de 40% les risques d’AVC.

L’huile d’olive est même bonne pour la gestion émotionnelle car elle est riche en oméga3 et si elle est alternée avec de l’huile de colza, les effets des omégas3 s’en trouvent renforcés.

Lorsqu’elle est extra vierge, l’huile d’olive est aussi efficace que l’ibuprofène comme antidouleur ou comme anti-inflammatoire.

Comme toutes les huiles, elle est composée de 100% de gras, il faut donc limiter sa consommation  à 2 cuillères à soupe par jour, sauf en période d’amincissement ou 1 cuillère à soupe sera suffisante.

Riche en antioxydants par le biais de la vitamine E qu’elle contient, l’huile d’olive protègerait de certains cancers comme le cancer de la prostate ou du sein.

Pourquoi Est-On Addict Au Sucre

Pourquoi Est-On Addict Au Sucre

Pourquoi Est-On Addict Au Sucre

D’après une étude bordelaise effectuée par le CNRS, le sucre a un pouvoir d’addiction supérieur à la cocaïne…c’est pas peu dire !!

En effet, la consommation de sucre provoque la libération de deux substances ; la dopamine et la sérotonine. La première est un neurotransmetteur très actif que l’on retrouve dans plusieurs comportements souvent inavouables, pour faire court, elle est souvent à l’origine de pulsions diverses. La sérotonine, elle, est l’hormone du plaisir, de la récompense, celle qui nous rend heureux, même si cela ne dure pas longtemps.

Depuis l’enfance, le sucre est un aliment consolateur qui apaise en cas de chagrin, de stress ou d’état nerveux, il procure une sensation de plaisir et offre un pic d’énergie sur l’instant.

Le sucre est facilement identifiable grâce à son goût, dans les desserts, les bonbons, etc.…En tant que tel, si sa consommation n’est pas excessive, il n’est pas préjudiciable à la santé.

En revanche, les sucres « cachés » sont beaucoup plus nocifs, car nous n’avons pas l’impression d’en consommer et l’effet d’addiction se développe ainsi. Ces sucres se retrouvent dans la composition de nombreuses préparations ou l’on ne soupçonne pas leur présence de par le goût de l’aliment. Ils sont très présent dans les plats préparés sous des formes diverses.

Donc, si vous savez gérer votre consommation de produits sucrés, pensez à bien lire les compositions des plats préparés (entre autres) avant de passer à l’achat…vous risquez d’avoir des surprises !

En ce qui concerne les desserts que vous pouvez préparer à la maison, il existe des alternatives naturelles au sucre. Utilisez plutôt du sirop d’agave ou du miel pour vos recettes, ces substances ont un pouvoir sucrant supérieur à celui du sucre. Les édulcorants sont aussi efficaces pour remplacer le sucre, la stévia ou l’aspartame en font partie, par contre, ces produits naturels ont un goût particulier, il convient donc de les tester avant de les utiliser.

A bon entendeur


Post navigation