Les Bruits Étranges du Corps Humains

Les Bruits Étranges du Corps Humains

  • La toux

Contrairement à ce que l’on pense souvent, pas besoin d’être malade pour tousser. La toux est le bruit de l’air expulsé des poumons et des bronches lors d’un mécanisme réflexe pour éjecter les microbes, les sécrétions bronchiques et autres éléments indésirables (comme la poussière). C’est pourquoi il peut vous arriver de tousser légèrement le matin, pour évacuer les dépôts qui se sont déposés dans vos bronches pendant votre sommeil.

Une toux peut provenir de la sphère ORL, d’une allergie, d’un trouble digestif (reflux gastro-intestinal, ulcère gastrique provoquant une toux irritative), d’une infection ou faire partie d’un tableau clinique plus grave comme dans le cas d’un cancer.

  • Le hoquet

Contrairement à ce que vous affirmait votre grand-mère, le hoquet n’est pas le signe que vous êtes en train de grandir. Il provient d’une irritation du nerf phrénique (le nerf qui irradie le diaphragme). Le diaphragme se contracte et ne se relâche pas correctement provoquant de grosses arrivées d’air dans les poumons et les soubresauts caractéristiques. Ajoutez à cela la glotte qui se ferme et vous obtenez le « hic » caractéristique du hoquet.

Le hoquet est quasiment toujours bénin. S’il ne passe pas rapidement, le hoquet peut être révélateur d’une pathologie plus grave (d’origine digestive ou pulmonaire, par exemple). Vous ne le saviez peut-être pas, mais le hoquet est favorisé en période de stress et par une forte consommation d’alcool.

  • Les gargouillements du ventre

Ils se font toujours entendre quand vous ne le voulez pas et tout le monde se retourne pour vous dire : « Tu as faim ? ». Les gargouillements du ventre signalent la présence d’air au niveau des intestins ou de l’estomac. Le muscle des intestins entraîne un mouvement involontaire normal (le péristaltisme) qui permet la digestion. S’il n’y a plus de nourriture (signe de faim) ou que la digestion se fait en présence d’air (aérophagie, par exemple), l’air à ce moment-là provoque les bruits de gargouillis.

  • Les flatulences

Ces bruits-là, tout le monde s’en passerait bien ! Les flatulences prennent naissance au niveau de l’intestin grêle et surtout du côlon. Les gaz malodorants en excès produits par les bactéries intestinales sortent par le rectum puis l’anus, le bruit et l’odeur étant provoqués par l’expulsion de l’air. Ces pets sont normaux, c’est-à-dire, physiologiques s’ils surviennent de temps en temps. Mais s’ils surviennent à répétition ou s’accompagnent de signes de lourdeur ou douleur intestinale, ils peuvent être un signe de mauvaise digestion et de déséquilibre alimentaire (ballonnements). Si les flatulences sont accompagnées de mauvaise haleine, de constipation ou de diarrhée, un problème digestif sous-jacent devra être recherché.

  • L’éternuement

Atchoum ! Le mécanisme réflexe de l’éternuement est difficilement contrôlable. Le bruit (parfois cocasse) est provoqué par l’air qui sort par le nez et la bouche, à une vitesse pouvant atteindre 200 km/h ! Il peut s’agir d’un mécanisme de défense suite à la respiration d’un élément irritant : une poussière, un grain de pollen, un poil d’animal… Dans le cas d’un rhume, l’éternuement provient d’une inflammation de la sphère ORL.

  • Le ronflement

C’est l’exemple typique du bruit involontaire ! Et qui cause de nombreuses disputes dans les couples…  Le bruit si caractéristique du ronflement est provoqué par la vibration de la luette et du voile du palais pendant la respiration. En temps normal, cette vibration n’est pas bruyante. Les causes sont multiples : le relâchement musculaire et l’excès de graisse au niveau du cou à partir d’un certain âge, des cornets (lames osseuses) trop gros dans le nez qui le bouchent, une sinusite, une apnée du sommeil… Le surpoids, la consommation d’alcool, le tabac et la prise de certains médicaments (comme les anxiolytiques par exemple) favorisent l’apparition et augmentent l’intensité du ronflement. Pensez-y !

  • Les articulations qui craquent

Qui ne s’est pas déjà amusé à « faire « craquer ses doigts ? Ce bruit, qui dérange parfois des voisins un peu sensibles est un phénomène naturel et sans gravité la plupart du temps (s’il n’est pas accompagné de douleurs). C’est le bruit de percussion du cartilage des articulations qui sont imprégnées de liquide synovial. Ce liquide contient également des gaz. Lorsque nous mobilisons brusquement une articulation, le mouvement du gaz dans le liquide synovial va provoquer des bulles d’air, occasionnant le bruit de craquement au niveau des articulations. Bruit qui devient de plus en plus fréquent avec l’âge, notamment dans les articulations du genou.

  • Le grincement des dents

Encore un bruit qui survient la nuit et qui peut réveiller votre conjoint ! On parle alors de bruxisme. Le grincement de dents produit un bruit de percussion, le plus souvent involontaire et la personne n’en a pas conscience. Une usure anormale des dents, des contractures de la mâchoire et certains maux de tête au réveil peuvent faire suspecter un bruxisme. Un dérèglement au niveau de certains neurotransmetteurs (la dopamine, par exemple) et le stress peuvent vous amener à grincer des dents, même pendant la journée.

  • Le bâillement

C’est un bruit plus ou moins élégant selon la personne. Une chose est sûre, le bâillement est à éviter devant vos interlocuteurs qui pourraient croire que leur discours vous ennuie…

Ce phénomène courant reste encore partiellement inexpliqué. L’une des théories avancées est qu’il s’agit d’un réflexe d’éveil involontaire provoqué par un manque d’oxygène.

  • La respiration sifflante

Un petit sifflement au cours de la respiration (souvent à l’expiration) est un signe que le trajet de l’air est perturbé par des voies respiratoires rétrécies : au niveau du nez, du pharynx, du larynx, de la trachée ou des bronches. Le sifflement est donc accentué en cas d’effort. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine d’une respiration sifflante : bronchite, asthme, BPCO, infection virale, dilatation des bronches, médicaments spécifiques…